•  

     

    Tes mots

    Tes mots…

    Où sont-ils donc ces mots doux, que je n’ose plus lire ?

    Ils me manquent pourtant, lorsque jaillit la nuit.

    Je les sens me brûler, à travers mon délire,

    Ils affaiblissent ma vie, évoluant au ralenti.

    Dieu qu’il est facile, d’être douce et prodigue.

    Malgré tout, la peur me fige, m’aspire et me fatigue.

    Pourtant cette flamme m’attire, telle une eau limpide.

    M’entraînant vers les ténèbres, afin d’aller mourir.

    Toutefois, je n’ai qu’une envie, c’est encore de te lire.

    Avant de disparaître, vers l’antre de l’oubli.

    Tes mots

    Écoute

    Écoute

     


    4 commentaires
  •  

    Le cœur lourd et fatigué

     

    Le cœur lourd et fatigué

     

    Le cœur lourd et fatigué,

    Mon visage ne sourit plus. 

    Il est devenu imparfait,

    Depuis, que je l’ai perdu !

    Dans un délire, il s’est éteint

    Solitaire au petit matin.

    Je rumine mon chagrin,

    Depuis ce maudit matin de juin.

    Comment dépeindre ce calvaire,

    Fin d’une vie, d’un être cher.

    Comment faire comprendre,

    Comme il me manque.

    Comment continuer à vivre

    Sans sa présence à mes côtés,

    Sans ses mots doux, sans son sourire.

    Ma vie il l’avait transformée,

    En un vrai conte de fées.

    Dans ce délire incontrôlé, 

    Je l’aime et ne peux l’oublier.

    Il ne me reste que nos souvenirs,

    Qui partage encore ma vie.

    Je sais, je l’ai perdu à tout jamais.

    Alors j’écris pour la dernière fois,

    Afin de retrouver ses pas…

     

    Écoute

    Écoute


    1 commentaire
  •  

     

    Vintage à poster 

    Bien que je ne puisse en réel voyager

    C’est à travers mes pensées

    Que la nature me dévoile,certains de ses secrets

    Tant de richesse convoitée

    Du grand chêne doré

    Au cyprès coloré.

    Je m’enivre sans retenue ;

    De toutes leurs vertus.

    En eux, je puise à l’infini

    Cet amour de l’exil.

    Oh terre des merveilles.

    Dont l’éclat joyeux ;

    Emplis mes oreilles

    Éblouis mes yeux .

    Du ciel qui sourit

    Mon cœur se remplit.

    Berçant ma vie 

    De rêves, indéfinis ..

    Écoute

    Écoute

     

     

    Clic pour vérifier

     

     


    1 commentaire
  •  

     

     

    Cancer

    Cancer...

    Cancer

    Combien est-il difficile, de vivre chaque jour

    En sachant que ceux que l’on aime souffrent

    Être et rester impuissant devant cette détresse  

    Avoir le courage de cacher sa tristesse

    Lorsqu’on est confronté à cette situation

    Garder l’espoir d’une guérison

    À leurs côtés, combattre sans relâche

    Ce mal qui contre eux s’acharne

    Ne laissant guère de répit

    À celui qui combat pour sa vie

    Cancer, infâme maladie

    Tu ne laisses aucune accalmie

    À la tempête qui envahit ces êtres

    Qu’il soit adulte, adolescent, enfant

    À ton gré, tu te délectes

    Mais un jour, ils arriveront à te combattre

    En fouillant au plus profond de tes entrailles

    Ce jour-là, tu auras perdu

    L’être humain t’aura vaincu

     Cancer

    Écoute

    Écoute

     

    Clic pour vérifier

     


    5 commentaires
  •  


     repos

     Écoute

    Écoute...

    Ecoute la rumeur

    De l'aube naissante

    Qui chante sous le vent

    Pour séduire une fleur

    D’un pas rapide et grave

    Un nuage matinal

    Offre à l’horizon nouveau

    Son rôle le plus beau

    Entends-tu la pluie

    Qui joue des claquettes

    Elle pousse l'oiseau

    Vers un nouvel abri

    Sur un tapis de perles de rosée

    J'écoute le merle chanter

    Son refrain me fait réaliser

    Qu'il faut vivre et aimer !

    Écoute

    Écoute

    Clic pour vérifier

    2 commentaires
  •  

     

    Le cri du cœur

    Le cri du cœur 

    Comment savoir se taire ?

    Lorsque le mal vous transperce

    Comment donner à son cœur

    À nouveau, le gout du bonheur !

    Alors, celui-ci devient pierre.

    Où est donc passée cette eau claire

    Celle qui jadis bouillonnait en mes veines !

    À présent, seul, me submerge le gout du fiel

    Envahissant mon cœur de mère.

    Demain sera-t-il trop tard

    Pour soulager ce mal ?

    Celui qui me fut affligé

    Depuis ces jours derniers.

    Deviendrais-je capable ?

    De contempler l’espace

    Apercevoir une étoile

    Briller au firmament le soir.

    Puis-je vivre, sans broyer du noir

    Si cette folie t’enlève à moi !

    Comment vivre encore après cela

    Si tu disparais loin de moi !

    Toi, mon enfant, mon cœur

    Toi qui m’as donné tant de bonheur

    Mon cœur saigne ce soir

    Et mon âme se vêtit de noir...

     

     

    Clic pour vérifier

     


    votre commentaire
  •   

     

     

     

    Une missive ( en une simple prose )

     La missive ...

    Ce matin, une surprise l’attendait

    Un bouquet de roses rouges

    Accompagnait un message

    Dégageant un agréable effluve

    Avec délicatesse, elle ouvrit la lettre

    Observant avec émerveillement

    La particularité du papier parfumé 

    Quelques lignes d’une belle plume

    Trôner, écrit l’encre de Chine

    D’une main frêle et fine

    Elle se mit à parcourir la missive

    Les premières lignes semblaient timides

    Puis au fur et à mesure de la lecture

    Son cœur se mit à battre la chamade

    Cet homme rencontré un soir

    À l’orée du vieux bois

    Lui écrivait, des mots doux

    Tout en lui donnant rendez-vous

    Elle prit les roses contre son cœur.

    S’imprégnant de leurs odeurs

    D’une main tremblante

    Elle reprit cette missive

    Et but chaque mot

    Qui en disait trop !

    « Je vole votre cœur, juste avec une fleur

    Un baiser passionné, j’y dépose délicatement

    Pour dévoiler mes sentiments »

    Ils raisonnaient si bien ses mots !

    Disposés en un effluve débordant

    Dévoilait-il des sentiments ?

    Ses mots jetés aux quatre vents

    Accomplie, elle gardera tout le mystère

    De cette lettre utopique, et légère

    Une missive ( en une simple prose )

     

     Astres divins

    Une missive ( en une simple prose )

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     

    L'homme

     

    L’homme cherche toujours la cause

    Se disant, ce n’est pas grand-chose

    D’où lui vient cette morne attitude

    Ses grands moments de solitude

    Celui-ci devrait apprendre à aimer

    Au lieu de se déchirer

    L’amour vit en chaque chose

    Homme ; allons cueillir la rose.

    En un pardon dit en prose

    Une nuée de fleurs écloses

    Mes tutos PSP

    Astres divins  

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique