•  

     La morsure du temps

    Ne dit-on pas que le silence est d’or ?

    Aussi ne soyez pas étonnés si de moi rien ne sort

    Je garde un œil ouvert vers cet univers

    Bien que mon âme s’envole ailleurs, pas de mystère

    Je préfère la liberté d’expression en silence

    Que celle évacuée avec médisance

    D’un tempérament assez fragile

    Je garde en moi certaines phrases tactiles 

    Et bien que cela ne plaise pas à certains

    Je ne puis toujours dissimuler mon venin

    Ce soir, je dois vider mon esprit

    Afin de passer une bonne nuit

    Enfin, le croire je voudrais !

    Même si cela me semble risqué

    Mais ne dit-on pas que celui qui ne tente rien n’a rien ?

    Alors comme je ne suis pas devin

    Je vais laisser ma plume écrire

    Ce qu’elle jugera crédible

    Astres divins  


    votre commentaire
  •  

     

     

    Avec toi, je m’ordonne

    Je m'ordonne! 

    De lutter, contre l’envie de pleurer

    De continuer à me torturer l’esprit

    Je m’ordonne et m’interdis

    De ressasser le passé.

    Avec toi, je m’ordonne 

    Je veux oublier ce long combat 

    Celui d’avoir lutté sans relâche

    Afin d’obtenir l’avantage

    Sur les moments de débâcle

     Avec toi, je m’ordonne

    À présent, je veux vivre des joies du moment

    Entre larmes, et rires d’enfants

    Ne plus penser à la maladie

    Lui demander qu’elle m’oublie !

     Avec toi, je m’ordonne

    Je veux vivre sereinement

    Je veux vivre spontanément

    Des moments de complicité

    En omettant toute agressivité

     Avec toi, je m’ordonne

    Je veux m’épanouir sans restriction

    Dans l’harmonie et la complicité 

     Vivre ma vie sans confusion

    Afin de vivre comblée.

     

     Avec toi, je m’ordonne 

    Astres divins  

     

     


    votre commentaire
  •  

    Frêle bleuet

     

    Frêle bleuet

    Se courbant gentiment

    Dans un courant d’air frais

    À la lisière d’un champ

    Il use de son charme

    Avec celle du blé

    Dans ce bruit d’orage

    D’un beau matin de mai

    Le long de mon parcours

    Sur le petit chemin

     La plante du discours

    Me tapisser la main

    Soudain, le vent se calme

    Retirant les nuages

    Dans un coin de ciel bleu

    Avec un son joyeux

     L’oiseau descend du toit

    Aux abords du ruisseau

    Placé sur un roseau

    Il étanche sa soif

    Près de vieux pont de bois

    Qui coule près de moi

    Frêle bleuet

    Astres divins  

     


    votre commentaire
  •  

     

      

    Célestes flammes   

    Le soleil a disparu

    Me laissant à l’affût

    Pourtant je revis

    Malgré les interdits

    Célestes flammes   

    Mes doutes se dissipent

    Me proposant un sursis

    Mes écrits eux sont revenus

    Au cœur de l’absolu

     Célestes flammes   

    À nouveau, ma plume plonge

    Aux abysses des ombres

    Aux flots de mes écrits

    L’obscurité  s’évanouit

     Célestes flammes   

    Dans l’enfer des jaloux

    Je ne tombe plus à genoux.

    Dans mon univers poétique

    Mes journées s'embellissent

     Célestes flammes   

    J'en oublie la douleur

    Qui  frappe mon corps, mon cœur

    Mes plus belles proses

    Vers eux s'envolent

     Célestes flammes   

    Dans un rituel insolite

    Seules elles s'animent

    Enrichissant mon âme

    De leurs célestes flammes

    Célestes flammes   

    Astres divins  

    Clic pour vérifier

     


    votre commentaire
  •  
     

     

    Au fond de moi !

    Au plus profond de moi, mon sang se glace

    Peu à peu, la vie quitte mon âme

    Une vie entière à t’aimer, puis à pleurer

    Parfois, je te déteste pour le mal infligé

    Que de temps requis pour comprendre

    Où se recelaient tes sentiments

    Ma passion mêlée dans cet enchevêtrement

    J’ai fini par concevoir mon entêtement

    Bien que je sache que l’amour existe vraiment

    Avec toi, j’attends toujours le bon moment

    D’un amour sournois jamais sincère

    Engendré de colère, il se mute en enfer

    Lorsque mon amour s’exile en détresse

    Enfin, tu montres certaines de tes faiblesses

    Tu sais bien que dans ce sombre décor

    Mon amour pour toi reste le plus fort

    Quelles règles établir pour ne plus sombrer

    Quel style de vie employer pour te garder

    Toi qui, par le passé, as su me convoiter

    Par une attention tendrement désirée

    Aujourd’hui, je perds toute raison

    Ne maîtrisant plus certaines de mes émotions

    Le cœur noyé entre fiel et passion

    Pourrai-je supporter cette résolution

    Tel un funambule qui marche sur un fil

    Garder l’équilibre devient très difficile.

    Attristée, retranchée et souffrante

    Il ne me reste que ma plume pour briser le silence.

     

    Astres divins  

     

    Clic pour vérifier

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique