•  

     


     

    Découverte !

     

    Bien des années se sont écoulées

    Pour comprendre qu’en réalité

    La vie reste un grand miroir

    Où l’on y découvre du noir !

    Tout en fouillant dans son cœur

    Elle vit une petite lueur

    C’était l’étoile du bonheur

    Celle qui atténua ses pleurs.

    Observant de loin le soleil

    Elle puise en lui la chaleur

    Celle qui réchauffe son cœur

    Afin d’y découvrir l’essentiel

    Vivre d’un amour éternel...

    Astres divins  

     

    Clic pour vérifier

    votre commentaire
  •  

     

    Dire

     

    Dire au revoir à ma peine,

    En ne pourchassant que de la joie,

    Me délivrer de mes chaines,

    Qui me blessent encore parfois !

    Dire adieu à mes souffrances,

    Pour oublier tous mes malheurs,

    Vivre dans la véhémence,

    Pour ne vivre que de splendeur.

    Rejeter le faux du vrai,

    Ne garder que la beauté,

    Dissiper l’obscurité,

    Qui m’obstrue la clarté.

    Ne préserver que la finesse,

    D’un lendemain aléatoire,

    Ne plus entretenir les faiblesses,

    Qui brisent mon cœur tant de fois !

    Abandonner la nuit à ses mystères

    Oublier toutes ses chimères,

    N’attendre rien d’autrui,

    En laissant passer la nuit.

    Je veux vivre ma passion

    Avec amour et clarté

    Je veux vivre et partager

    Ce désir sans aversion !

    Astres divins  

    Clic pour vérifier

    votre commentaire
  •  


     

     

    Mes mots

     

    Mes mots

    Mes mots !

    L’écriture reste avant toute chose

    Un produit de mon imagination

    Même si celle-ci reste une méthode

    Un moyen sûr d’évasion

    Mes mots  

    Avec eux, je réalise mes proses

    Que je protège avec attention

    Bien souvent, à eux je m’impose

    Avec force et distinction

    Mes mots  

    J’écris sans la moindre clause

    Ces phrases, sortant de mes entrailles

    Défiant ainsi bien des murailles

    En un clapotis de maux

     Mes mots

    De strophes, je parsème mes pages

    Subsistante muette à l’écho

    Seulement, voilà, j’ai l’avantage !

    Lesquelles incarnent seulement mes mots

     Mes mots

    Des mots écrits avec force et rage

    Dans un abysse de maux

    Tout devient beau et sage

    Devant ce futur tableau

     Mes mots

    Astres divins  


    votre commentaire
  •  

     

    Fatiguée je suis !    

    Fatiguée je suis !   

     

    Oui, fatigué, je suis !

    Harassée de cette vie !

    Faite de contrariétés, de soucis

    De déceptions en tous genres

    Dans un monde dénué de sens.

    Fatiguée je suis !   

    La société devient destructrice

    Elle ne pense qu’à l’argent facile.

    Usurpant le petit employé

    Au nom d’une certaine vacuité.

    Liberté, égalité, fraternité sont des mots fragiles

    Effigie de personnes irascibles.

     Fatiguée je suis !   

    La vie subsiste monotone

    Et beaucoup d’entre nous frissonnent.

    Devant ce manque d’éloquence

    Tout devient qu’indifférence.

    Le monde perd la raison

    Entre litige et suspicion.

    Fatiguée je suis !    

    Parfois, la colère m’égare

    Dans cette société hilare.

    Plus de communication

    Seule addiction, la rébellion !

    Ceci afin d’acquérir plus de profit

    Au détriment de qui ?

    Fatiguée je suis !    

    Le respect n’existe plus

    Au fil des ans, tout a disparu.

    Où est donc passée l’éducation ?

    Celle employée avec distinction !

    Aujourd’hui, par manque d’éducation

    Tout part en dérision.

    Fatiguée je suis !    

    À qui revient la faute de cette mascarade ?

    Celle de ne plus vouloir se battre !

    La faute vient au gouvernement présent

    Il se perd dans un verbiage persistant. 

    Cherchant des solutions à nos dépens

    Ceux-ci riment avec le mot « Argent » 

    Fatiguée je suis !    

    Mélange de termes fades et fatals 

    Qui nous enlise et nous accable ?

    Abandonnez donc vos équivoques

    Représentés par de simples trocs.

    Qui nous entraîne obstinément 

    Vers un sombre dénouement...

    Fatiguée je suis !    

    Astres divins  

     


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Même

     

    Même...

    Même si la route est longue

    Si parfois je doute et je tombe

    Tous les écrits sur mon passé

    Virevoltent sur les pages abîmées

    De ma vie jalonnée d'obstacles

    Je refuse de réitérer, alors j'efface!

    Je veux laisser mes pas me guider

    Vers des horizons inexplorés

    Vers une lumière plus belle

    Je veux abandonner la nacelle.

    Vivre d'amour et de joie

    Et oublier tous mes tracas

    Ceux qui ont jonché ma vie

    La rendant moins belle qu'aujourd'hui...

     

    Astres divins  

     


    votre commentaire
  •  

     La morsure du temps

    Ne dit-on pas que le silence est d’or ?

    Aussi ne soyez pas étonnés si de moi rien ne sort

    Je garde un œil ouvert vers cet univers

    Bien que mon âme s’envole ailleurs, pas de mystère

    Je préfère la liberté d’expression en silence

    Que celle évacuée avec médisance

    D’un tempérament assez fragile

    Je garde en moi certaines phrases tactiles 

    Et bien que cela ne plaise pas à certains

    Je ne puis toujours dissimuler mon venin

    Ce soir, je dois vider mon esprit

    Afin de passer une bonne nuit

    Enfin, le croire je voudrais !

    Même si cela me semble risqué

    Mais ne dit-on pas que celui qui ne tente rien n’a rien ?

    Alors comme je ne suis pas devin

    Je vais laisser ma plume écrire

    Ce qu’elle jugera crédible

    Astres divins  


    votre commentaire
  •  

     

     

    Avec toi, je m’ordonne

    Je m'ordonne! 

    De lutter, contre l’envie de pleurer

    De continuer à me torturer l’esprit

    Je m’ordonne et m’interdis

    De ressasser le passé.

    Avec toi, je m’ordonne 

    Je veux oublier ce long combat 

    Celui d’avoir lutté sans relâche

    Afin d’obtenir l’avantage

    Sur les moments de débâcle

     Avec toi, je m’ordonne

    À présent, je veux vivre des joies du moment

    Entre larmes, et rires d’enfants

    Ne plus penser à la maladie

    Lui demander qu’elle m’oublie !

     Avec toi, je m’ordonne

    Je veux vivre sereinement

    Je veux vivre spontanément

    Des moments de complicité

    En omettant toute agressivité

     Avec toi, je m’ordonne

    Je veux m’épanouir sans restriction

    Dans l’harmonie et la complicité 

     Vivre ma vie sans confusion

    Afin de vivre comblée.

     

     Avec toi, je m’ordonne 

    Astres divins  

     

     


    votre commentaire
  •  

    Frêle bleuet

     

    Frêle bleuet

    Se courbant gentiment

    Dans un courant d’air frais

    À la lisière d’un champ

    Il use de son charme

    Avec celle du blé

    Dans ce bruit d’orage

    D’un beau matin de mai

    Le long de mon parcours

    Sur le petit chemin

     La plante du discours

    Me tapisser la main

    Soudain, le vent se calme

    Retirant les nuages

    Dans un coin de ciel bleu

    Avec un son joyeux

     L’oiseau descend du toit

    Aux abords du ruisseau

    Placé sur un roseau

    Il étanche sa soif

    Près de vieux pont de bois

    Qui coule près de moi

    Frêle bleuet

    Astres divins  

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique