•  

     

     

      

    L’océan

     

    L’océan

     

    L’océan lui souffle, quelques rimes en un mot

    Souvent traversée par d’infinis sanglots.

    Les éclairs sont des cris, que la foudre lui envoie

    Dès qu’elle cherche en vain un peu d’espoir.

    Elle capte l’azur, d’une douceur de femme

    Son cœur le sait aussi bien que son âme.

    Oublier ses souffrances, voir un seul instant,

    Elle ne peut y songer, cela reste évident

    Elle ressasse en un mot ce dont elle a souffert

    Et dois faire peu de cas de tout ce bleu superbe.

    De cette grâce où l’ombre en clarté se dissout,

    En un vaste sourire, s'épanouissant sur tout...

    Astres divins   

    Clic pour vérifier

     


  •  

     

     

      

    L’homme

     

    L’homme

     

    L’homme devient hors la loi

    Lorsqu'il bafoue les droits

    Gâchant son propre avenir

    En négligeant sa survie

    Ne pensant qu’à combattre

    Pour des idées insondables

    Au nom d’une religion

    Il se gave de conditions

    Obtiendra-t-il ce qu’il attend

    Entre vagues et tourments

    Un jour viendra,

    Ou l’homme regrettera

    Les combats futiles et ingrats

    Trop tard, il se souviendra !

    Que le bonheur

    Ne rime pas avec horreur.

    Les lois nécessitent un respect

    Afin de vivre dans le calme et la sérénité

    Des choix s’imposent à leurs yeux

    Pour vivre pauvre, mais heureux.

    Tout reste donc encore possible

    Seule condition restée paisible !

    Afin que la vie devienne plus riche

    Éclatante d’amour et de délices

    Seulement voilà, l’homme reste obstiné

    Et devient tel une rose fanée

     

    Astres divins  

     

    Clic pour vérifier

     


  •  

     

     

      

    La vie

     

     

    La vie

     

    Lorsque l’on entrevoit sa vie

    On en oublie nos rêveries

    On sanglote, puis on rit

    On souffre et l’on gémit

    On brode la nostalgie.

    Qui revêtit nos vies !

    Aux creux de nos mémoires

    On analyse le désarroi

    D’une complainte soumise !

    À la porte du paradis

    On comprend alors que la vie,

    Celle que l’on a choisie

    Passe dans un soupir.

    Relatant une vie que l’on n’a sut chérir

     

    Astres divins  

     

      

    Clic pour vérifier

     


  •  

     

     

      

    L’ombre du passé

     

    L’ombre du passé

    L’ombre du passé 

    Dans l’ombre du passé

    Vivre pour oublier

    Nos moments d’aigreurs

    Intensif ; moment de douleurs.

    Durant des jours des mois

    On demeure sans voix

    Voulant tout délaisser

    Passé, présent, et avenir

    Tout repousser et s’enfuir

    Ne plus voir l’aurore se lever

    Ni l’aube, se coucher

    Vouloir oublier son identité

    Pour oublier son passé

    Ne plus parler, juste dormir

    Pour oublier nos supplices.

    Ne plus oser se libérer

    Des ombres du passé

    Fermer les paupières

    Garder nos mystères

    Subsistant tel un fardeau

    Menant droit au tombeau

    Se laisser emporter par le vent

    Par de hauts hurlements.

    Mais, garder un petit coin d’avenir.

    Pour ne pas se laisser mourir.

    Astres divins  

     

     

    Clic pour vérifier

     


  •  

     

    La muse dans la tourmente

    La muse dans la tourmente

    La muse dans la tourmente

     

    Hier, le diagnostic est tombé

    Tel un couperet.

    Des larmes de sang ont jailli

    Emportant son beau sourire 

    Elle connaissait la vérité

    Et refuser la réalité

    Néanmoins, voilà aujourd’hui

    Son ciel est devenu gris

    Saura-t-elle détenir assez de courage

    Pour traverser ce douloureux naufrage.

    Surmonter cette souffrance physique

    Telle une empreinte indélébile

    Tourmentée, égarée et soumise

    Elle doit peindre avec dignité

     Les disgrâces physiques imposées.

    Le temps reste la seule porte ouverte

    En cette période printanière

    Lui seul saura gommer son chagrin

    Un peu plus chaque matin

    Ne sachant comment faire  

    Pour changer son ordinaire

    Son mari l’aide de son mieux

    Chassant les larmes de ses yeux.

    Sa plume saura-t-elle l'aider

    Dans cette étape imposée?

    Elle devrait y parvenir; cependant   

    La muse demeurera absente.

    Durant un certain temps.

    Juste le temps d’apprendre.

    À réguler des pas incertains

    Auprès des siens...

    Astres divins  

     

    Clic pour vérifier